LE PROGRES – 6 janvier 2013

Article paru dans le journal Le Progrès

Les cordistes : ces acrobates qui travaillent tous les jours dans les airs

Les cordistes de la société Everest Travaux Acrobatiques, spécialistes des réalisations difficiles d’accès et de grande hauteur, font souvent partie du paysage urbain. Connus pour nettoyer les vitres en se balançant au bout d’une corde fixée à la toiture de grands immeubles, ce sont surtout des professionnels du bâtiment, de l’analyse du risque et de la mise en sécurité des lieux où ils interviennent. Ils possèdent des compétences multiples, en électricité, maçonnerie…Ce qui permet à l’entreprise d’exercer dans des domaines divers : bâtiment, nettoyage, industrie, ancrage et événementiel, comme lors des installations du 8 décembre, et ce en France et à l’étranger.
Selon Bruno Fontimpe, président et fondateur d’Everest, en lien avec les centres de formation aux métiers de cordistes (le Greta et l’association Développement Promotion sur Cordes) : « Une sélection est effectuée auprès des candidats. Ensuite, le débutant est intégré auprès d’anciens dans le respect de notre politique d’insertion et de sécurité maximum.
Everest sponsorise Elisabeth Revol, alpiniste, actuellement en route vers le sommet du Nanga Parbat (8 125m), dans la chaîne de l’Himalaya.
« Cordiste et aussi commerciale »

Emilie, cordiste : « J’ai choisi cette voie car je pratiquais déjà la spéléologie en loisirs. Aujourd’hui, je possède plusieurs cordes à mon arc car je suis également technico-commerciale. »


progres 6 janvier 2013